• Le marché immobilier québécois s’en tire haut la main en 2020 avec des records historiques de ventes

    Communiqué de presse
    Statistiques de ventes résidentielles Centris – 4e trimestre 2020

    L’Île-des-Sœurs, le 15 janvier 2021 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la province de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 112 476 ventes résidentielles ont été réalisées en 2020 dans l’ensemble du Québec, soit une hausse de 17 % par rapport à 2019. Il s’agit d’un record d’activité depuis que le système Centris des courtiers immobiliers compile les données de marché (2000).

    « Le quatrième trimestre boucle en force une année 2020 remarquable, marquée par une crise sanitaire inédite. Les aides financières gouvernementales exceptionnelles, le niveau plancher des taux d’intérêt, le regain d’intérêt pour l’acquisition de propriétés adaptées à la nouvelle réalité du télétravail ainsi que de nouveaux besoins ont accéléré la multiplication des transactions au-delà des grandes agglomérations. Ce phénomène a diminué d’autant le nombre, déjà restreint, de propriétés offertes à la vente sur le marché, propulsant le prix des propriétés à des niveaux jamais atteints auparavant à l’échelle de la province », explique Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ.

    Voici les faits saillants de 2020.


    Ventes

    • Dans les catégories de propriétés, l’unifamiliale s’est distinguée par une hausse marquée de 18 % des ventes à l’échelle provinciale. Les transactions de plex et de copropriétés ont elles aussi fortement progressé, à hauteur de 17 % et de 13 % respectivement.
    • Parmi les régions métropolitaines, celles de Québec (+28 %), de Sherbrooke (+22 %) et de Gatineau (+15 %) se sont démarquées par d’importantes augmentations des ventes.
    • Les régions localisées à l’extérieur des régions métropolitaines sont celles qui ont connu les hausses de ventes les plus spectaculaires (+31 %), et ce, dans tous les types de propriétés.
    • Plus précisément, plusieurs petits centres urbains de villégiature ont affiché des hausses phénoménales, telles que les agglomérations de Charlevoix (+94 %), de Sainte-Agathe-des-Monts (+64 %), de Mont-Tremblant (+59 %) et de Sainte-Adèle (+57 %).

    Inscriptions en vigueur

    • On comptait en moyenne 39 848 inscriptions en vigueur sur le système Centris en 2020, soit un repli de 29 % par rapport à 2019. Il s’agit d’une cinquième baisse annuelle consécutive à ce chapitre.

    Prix

    • À l’échelle provinciale, le prix médian des unifamiliales a atteint 295 000 $, ce qui représente une augmentation de 13 % par rapport à 2019.
    • Le prix médian des copropriétés a également connu une progression notable, soit une hausse de 11 %, pour s’établir à 272 000 $.
    • Pour ce qui est des plex de deux à cinq logements, leur prix médian est demeuré relativement stable par rapport à l’année précédente, alors que la moitié des immeubles se sont vendus à plus de 425 000 $ (+1 %).

    Conditions du marché et délais de vente

    • Les conditions du marché se sont resserrées dans la grande majorité des secteurs de la province. De nombreuses agglomérations situées à l’extérieur des régions métropolitaines ont connu les plus rapides resserrements de marché à la faveur des vendeurs.
    • Les délais de vente à l’échelle de la province se sont raccourcis comparativement à un an plus tôt : il fallait compter en moyenne 86 jours pour trouver preneur, soit 11 jours de moins qu’en 2019.

    En cette période de pandémie, l’APCIQ rappelle que faire équipe avec un courtier, c’est aussi plus de sécurité et moins de stress puisque chaque membre est soumis à la Loi sur le courtage immobilier, à des règles et à un code de déontologie stricts. En savoir plus sur les nouvelles mesures sanitaires en vigueur.

    Information complémentaire :

    Statistiques trimestrielles-Baromètre de la Province de Québec

    Statistiques mensuelles détaillées et cumulatif 2020 pour la province et les régions

  • Montréal : record historique de ventes et accélération de la croissance des prix en 2020, malgré l’impact de la pandémie

    Communiqué de presse
    Statistiques de ventes résidentielles Centris – 4e trimestre 2020

    L’Île-des-Sœurs, le 15 janvier 2021 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 55 609 ventes résidentielles ont été réalisées en 2020 dans la RMR de Montréal, ce qui représente une croissance de 8 % par rapport à 2019. Il s’agit d’une sixième hausse annuelle consécutive de plus de 5 %, ce qui porte l’augmentation moyenne annualisée à 7 % depuis 2015. 

    « Malgré un marché de la copropriété affaibli par la crise sanitaire sur l’île de Montréal au deuxième trimestre, le marché résidentiel de la RMR de Montréal a connu un quatrième trimestre très actif, dans la lignée du troisième trimestre. Cela lui permet d’afficher pour l’ensemble de l’année un nouveau sommet de ventes par rapport à 2019, qui fut déjà une année record », fait remarquer Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ « Si les marchés périphériques ont fortement contribué à cette performance, le quatrième trimestre indique que l’activité a repris une certaine vigueur sur l’île de Montréal, aidé par le retour de propriétés sur le marché », ajoute-t-il.

    Voici les faits saillants de 2020.


    Ventes

    • Chacune des principales catégories de propriétés a connu une augmentation des ventes en 2020, soit une hausse de 10 % pour l’unifamiliale, et de 7 % pour la copropriété et les petits immeubles à revenus.
    • L’activité sur le marché résidentiel de l’île de Montréal est demeurée relativement stable par rapport à 2019 (+1 %).
    • Les grands secteurs périphériques à l’île de Montréal ont affiché des hausses marquées de transactions, variant entre +8 % pour la Rive-Sud à +20 % pour la Rive-Nord.
    • Les ventes de propriétés résidentielles de plus de 1 million de dollars ont bondi de 62 % par rapport à 2019.

    Prix

    • Le prix médian des unifamiliales (400 000 $) a augmenté de 18 %, soit la plus forte croissance depuis que les statistiques Centris sont compilées (2000).
    • Du côté de la copropriété, le prix médian a atteint 305 000 $ (+14 %), tandis que la moitié des plex de deux à cinq logements se sont vendus à plus de 615 000 $ (+12 %). Il faut remonter à 2003 et à 2004 respectivement pour observer des hausses de prix supérieures pour ces deux catégories.

    Inscriptions en vigueur et conditions du marché

    • Pour une cinquième année consécutive, le nombre de propriétés à vendre s’est replié en 2020, avec 13 590 inscriptions (-26 %) sur le système Centris des courtiers immobiliers.
    • À l’échelle de la RMR, les conditions de marché présentaient un très net avantage aux vendeurs pour l’unifamiliale, la copropriété et le plex.

    Délais de vente

    • Il fallait patienter 52 jours en moyenne pour vendre une propriété résidentielle dans la RMR de Montréal en 2020, soit 19 jours de moins qu’un an auparavant. Il s’agit d’un temps record depuis que les statistiques sont recensées et du plus court délai de vente parmi les six RMR de la province.

    Pour consulter les statistiques du marché pour l’ensemble de la province, cliquez ici.

  • Marché immobilier résidentiel de Québec : record d’activité historique en 2020 en pleine pandémie

    Communiqué de presse
    Statistiques de ventes résidentielles Centris – 4e trimestre 2020

    Québec, le 15 janvier 2021 – L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 10 651 ventes résidentielles ont été réalisées en 2020 dans la RMR de Québec, ce qui représente une hausse de 28 % par rapport à 2019. Il s’agit d’un record historique du nombre de transactions depuis que le système Centris compile les données (2000), de même que la plus forte hausse annuelle enregistrée sur cette même période.

    « On note une amélioration rapide des conditions de marché en 2020, dans un contexte de très forte hausse de l’activité et de chute importante des inscriptions en vigueur », souligne Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ. « On ne parle plus d’excès d’inventaire à Québec, même pour la copropriété. On note par ailleurs au quatrième trimestre des conditions propices à la surchauffe et aux offres multiples dans certains secteurs, notamment pour l’unifamiliale et le plex, ce qui entraîne une pression à la hausse des prix plus prononcée », ajoute-t-il.

    Voici les faits saillants de 2020.


    Ventes

    • Parmi les trois principales catégories de propriétés, la copropriété est celle qui a affiché la plus forte croissance des ventes, avec un total de 2 617 unités vendues (+39 %).
    • Les plex ont également connu une forte poussée des ventes, de l’ordre de 38 %, alors que 793 immeubles ont changé de mains.
    • Du côté de l’unifamiliale, le nombre de transactions a augmenté de 24 %, avec 7 224 ventes.
    • Toutes catégories confondues, ce sont les grands secteurs périphériques de l’agglomération de Québec qui ont connu les hausses d’activité les plus importantes en 2020. L’augmentation a atteint 44 % sur la périphérie nord et 31 % sur la Rive-Sud. Pour sa part, l’agglomération de Québec a enregistré une croissance de 25 % par rapport à 2019.

    Prix

    • On note une progression modérée (+4 %) du prix médian des unifamiliales à l’échelle de la RMR, alors que la moitié des maisons se sont vendues à plus de 270 000 $. Il faut toutefois noter une tendance à l’accélération de cette croissance au cours du quatrième trimestre.
    • Pour une troisième année consécutive, le prix médian des copropriétés dans la région métropolitaine de Québec a progressé de 1 %, pour s’établir à 193 000 $.
    • Les petits immeubles à revenus ont connu une croissance plus marquée de leur prix médian, à hauteur de 8 % (325 000 $).

    Inscriptions en vigueur et conditions du marché

    • En 2020, on dénombrait en moyenne 5 618 propriétés à vendre pour l’ensemble de la RMR sur le système Centris des courtiers immobiliers, soit 27 % de moins qu’en 2019.
    • Les conditions du marché sont désormais nettement à l’avantage des vendeurs pour l’unifamiliale (6 mois d’inventaire), tandis qu’elles sont devenues équilibrées pour la copropriété (8 mois d’inventaire) et les petits immeubles à revenus (9 mois d’inventaire).

    Délais de vente

    • Il fallait patienter en moyenne 124 jours pour vendre une propriété résidentielle dans la RMR de Québec en 2020, soit 8 jours de moins qu’en 2019.

    Pour consulter les statistiques du marché pour l’ensemble de la province, cliquez ici.

  • Trois-Rivières : les conditions de marché se sont fortement resserrées à l’avantage des vendeurs en 2020

    Communiqué de presse
    Statistiques de ventes résidentielles Centris – 4e trimestre 2020

    Trois-Rivières, le 15 janvier 2021 — La Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Trois-Rivières, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 1 426 ventes résidentielles ont été réalisées en 2020 dans la RMR de Trois-Rivières, ce qui représente une croissance modeste de 3 % par rapport à 2019. Ce résultat fait suite à une augmentation importante des transactions en 2019 (+24 %).

    « Les conditions de marché se sont nettement resserrées en faveur des vendeurs en 2020 malgré une activité transactionnelle relativement modeste, à l’exception de la catégorie des plex », souligne Hassan Chellah, Vice-président de la Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec « Si la chute des inscriptions en vigueur a contribué à expliquer un certain plafonnement de l’activité, elle s’est surtout traduite au quatrième trimestre par une pression à la hausse sur les prix, notamment pour le plex et la copropriété », ajoute-t-il.

    Voici les faits saillants de l’année :


    Ventes

    • Parmi les trois principales catégories de propriétés, les petits immeubles à revenus de deux à cinq logements ont enregistré la plus forte croissance des ventes, soit de 18 % (240 ventes).
    • La copropriété a également connu une bonne performance en 2020, comptabilisant 182 unités qui ont changé de mains (+8 %).
    • L’unifamiliale a de son côté vu son nombre de transactions diminuer légèrement, de 1 %, avec 995 ventes.

    Prix

    • Le prix médian des unifamiliales a augmenté de 4 % pour atteindre 174 500 $ à l’échelle de la RMR. Il s’agit d’une quatrième hausse annuelle consécutive et d’un sommet historique.
    • Le prix médian des copropriétés a progressé de 3 %, alors que la moitié des unités de la région se sont vendues à plus de 139 000 $.
    • Enfin, la catégorie des plex a connu la plus forte croissance à ce chapitre, avec un prix médian de 175 500 $ (+15 %).

    Inscriptions et conditions du marché

    • On comptait en moyenne 469 propriétés résidentielles à vendre en 2020, soit une diminution de 38 % et une cinquième baisse annuelle consécutive.
    • Globalement, le marché immobilier de Trois-Rivières a terminé l’année en conférant l’avantage aux vendeurs, et ce, dans chacune des trois principales catégories de propriétés.

    Délais de vente

    • Toutes catégories confondues, il fallait en moyenne 92 jours pour vendre une propriété en 2020 dans la RMR, soit 1 jour de moins qu’en 2019.

    Pour des statistiques plus détaillées, consultez le Baromètre APCIQ

    Les communiqués de presse pour les différentes régions de la Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec sont également disponibles :

    RMR de Sherbrooke

    RMR de Drummondville et de Victoriaville

    À propos de la Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec

    Source officielle de l’information immobilière régionale pour l’Estrie, la Mauricie et le Centre du Québec, la Chambre est un organisme sans but lucratif qui regroupe près de 600 courtiers immobiliers. Elle s’est donnée pour mission de promouvoir et de protéger activement la profession ainsi que les intérêts professionnels de ses membres, tout en les aidant à atteindre leurs objectifs d’affaires et à parfaire leurs connaissances.

  • Le manque de propriétés sur le marché limite les transactions dans l’agglomération de Saint-Hyacinthe en 2020

    Communiqué de presse
    Statistiques de ventes résidentielles Centris – 4e trimestre 2020

    Saint-Hyacinthe, le 15 janvier 2021 — L’Association des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) vient de publier le bilan 2020 du marché immobilier résidentiel de l’agglomération de Saint-Hyacinthe, établi d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 672 transactions ont été réalisées dans l’agglomération de Saint-Hyacinthe en 2020, ce qui représente une légère baisse de 1 % par rapport à 2019.

    Par catégories de propriétés, 438 maisons unifamiliales ont changé de mains, soit 3 % de moins que l’année précédente; 119 transactions ont été enregistrées pour ce qui est de la copropriété (-22 %).

     « Les inscriptions en vigueur ont chuté de moitié en 2020, resserrant les conditions de marché en faveur des vendeurs à un niveau jamais atteint et propulsant les prix à de nouveaux sommets et ce, dans un contexte de surenchères », fait remarquer Charles Brant, directeur du Service de l’analyse du marché à l’APCIQ. Au chapitre des prix, la moitié des maisons unifamiliales se sont vendues à plus de 278 500 $, soit une hausse de 14 % par rapport à 2019. Le prix médian des copropriétés a également augmenté de 13 % comparativement à un an plus tôt, pour s’établir à 195 000 $. Une progression plus modeste de 3 % a été enregistrée pour le segment des plex, dont le prix médian s’établit à 269 900 $.

    Quant aux inscriptions en vigueur, on trouvait en moyenne 157 propriétés résidentielles inscrites au système Centris des courtiers immobiliers, soit 50 % de moins qu’en 2019. Cette forte contraction a contribué au resserrement des conditions du marché.

    Il en ressort une baisse marquée des délais de vente, puisqu’il ne fallait que 65 jours en moyenne pour qu’une propriété trouve preneur en 2020, soit 23 jours de moins qu’en 2019.

    Pour consulter les statistiques du marché pour l’ensemble de la province, cliquez ici.

  • Les ventes atteignent un sommet historique sur le marché immobilier de la RMR de Sherbrooke en 2020

    Communiqué de presse
    Statistiques de ventes résidentielles Centris – 4e trimestre 2020

    Sherbrooke, le 15 janvier 2021 –La Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec vient de publier les plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Sherbrooke, établies d’après la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers.

    Ainsi, 2 443 ventes résidentielles ont été réalisées en 2020 dans la RMR de Sherbrooke, ce qui représente une hausse de 22 % par rapport à 2019. Il s’agit d’un record d’activité, depuis que le système Centris des courtiers immobiliers compile les données de marché, soit depuis 2000.

    « L’activité au quatrième trimestre permet de terminer l’année 2020 en force, notamment dans la catégorie de la copropriété, très en demande, où le nombre d’inscriptions a fondu presque aussi rapidement que dans la catégorie de l’unifamiliale », note David Bourgon, président de la Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec. « Cela a eu un effet sur le délai de vente moyen des copropriétés, en baisse de 73 jours par rapport à 2019, et la surchauffe du marché a accentué la hausse des prix », ajoute-t-il.

    Voici les faits saillants de l’année 2020.


    Ventes

    • Parmi les trois principales catégories de propriétés, la copropriété est celle qui a connu la plus forte augmentation d’activité, soit une hausse de 49 %, avec 421 unités vendues dans l’ensemble de la région métropolitaine.
    • Les propriétés à revenus de deux à cinq logements ont également affiché une popularité croissante, avec 275 transactions (+35 %).
    • Le segment de l’unifamiliale a lui aussi connu une belle performance en 2020, avec une hausse d’activité de 16 % (1 743 ventes).

    Prix

    • Dans l’ensemble de la RMR, le prix médian des unifamiliales a progressé de 13 % en 2020, à 243 750 $.
    • Une croissance de 11 % du prix médian des copropriétés a été observée, alors que la moitié des unités se sont négociées à plus de 177 000 $.
    • Le prix médian des plex s’est établi à 252 000 $, ce qui représente une hausse de 8 % par rapport à 2019.

    Inscriptions en vigueur et conditions de marché

    • On a dénombré 833 propriétés résidentielles à vendre par l’intermédiaire du système Centris des courtiers immobiliers, soit une diminution marquée de 36 %. Il s’agit d’une cinquième baisse annuelle consécutive à ce chapitre.
    • Les conditions de marché dans la région sherbrookoise avantagent désormais les vendeurs pour chacune des trois principales catégories de propriétés.

    Délais de vente

    • À l’échelle de la RMR, toutes catégories de propriétés confondues, le délai de vente moyen s’élevait à 90 jours en 2020, une baisse de 27 jours par rapport à celui de 2019.

    Pour des statistiques plus détaillées, consultez le Baromètre APCIQ

    Les communiqués de presse pour les différentes régions de la Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec sont également disponibles :

    RMR de Trois-Rivières

    Agglomérations de Drummondville et de Victoriaville

    À propos de la Chambre immobilière de l’Estrie, de la Mauricie et du Centre du Québec

    Source officielle de l’information immobilière régionale pour l’Estrie, la Mauricie et le Centre du Québec, la Chambre est un organisme sans but lucratif qui regroupe près de 600 courtiers immobiliers. Elle s’est donnée pour mission de promouvoir et de protéger activement la profession ainsi que les intérêts professionnels de ses membres, tout en les aidant à atteindre leurs objectifs d’affaires et à parfaire leurs connaissances.